• Today is: mercredi, novembre 22, 2017

Randonnées de l’extrême : Deux destinations incontournables à vous couper le souffle avec un parcours rempli d’adrénaline

Vous aimez le danger et dépasser vos limites ? Ces deux destinations, aux coins du monde, ont été conçues pour vous ! Elles vous feront vibrer tout autant qu’elles vous émerveilleront de par la splendeur du spectacle qu’elles offrent. Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’être un athlète, une bonne santé et une bonne forme physique sont recommandées pour vous lancer dans ces aventures !

Prenez vos précautions avant le départ

Vous avez décidé de tenter l’aventure et de faire une randonnée de l’extrême à l’autre bout du monde ? Avant de partir, assurez-vous d’être correctement équipé afin de pouvoir anticiper un quelconque danger. Tout d’abord, vous devez être correctement habillé. Portez soit un short soit un pantalon, un t-shirt (en coton de préférence pour le confort), ensuite une veste ayant la capacité de vous protéger de la pluie, du froid et du soleil (qui permette l’évacuation de la transpiration). Choisissez des chaussures conçues pour ce genre d’activité, pour votre sécurité. Un sac à dos est de mise, ne le remplissez qu’avec l’essentiel (eau, petit encas, crème solaire, etc.) pour éviter d’être encombré. Vous pouvez aussi vous munir d’un accessoire nouvelle génération, un téléphone satellite comme le téléphone Iridium. Un téléphone robuste et fiable, résistant à toute situation et qui capte du réseau quelque soit le lieu, un vrai atout pour ce type d’expédition afin de pouvoir remédier à un quelconque problème.

Le Mont Huashan

Ce parcours pour le moins dangereux est considéré comme un voyage sacré et spirituel en Chine. Les Chinois pensent qu’en atteignant le point d’arrivée, au sommet de la montagne culminant à 2200 mètres d’altitude, ils y trouveront l’immortalité. L’itinéraire s’étend sur environ 12 kilomètres et propose un dénivelé de 1000 mètres. La randonnée débute sur des escaliers en bois installés à flanc de montagne et se poursuit sur des planches fixées de manière aléatoire. À une étape de ce périple, pour avancer sur une corniche d’une taille plus que réduite, vous ne disposerez que d’une chaîne.

Trébucher n’est pas une option, d’ailleurs chaque année, plusieurs accidents mortels sont reportés par les autorités qui ont pris l’initiative de réduire l’accès au site. Un des spots les plus dangereux du parcours est le Pont Courbé du Faucon, un passage où vous ne pouvez compter que sur votre équilibre étant donné que vous n’avez rien pour vous attacher, et que le vide vous attend des deux côtés de cette passerelle.

Le Camino del Rey

Le parcours fait 2,9 kilomètres avec 1,5 kilomètre de passerelles (point marquant de l’itinéraire, pour le danger qu’elles représentaient avant leur réhabilitation) et 1,4 kilomètre de sentier et de piste forestière. Selon l’entrée que vous empruntez, nord ou sud, il faut ajouter quelques kilomètres au parcours. Le temps de cette randonnée est estimé à environ 5 heures.

Le Camino del Rey, appelé aussi « petit chemin du roi », se trouve en Andalousie sur un site naturel offrant ainsi un spectacle extraordinaire grâce au paysage. Pour autant, ce n’est pas une promenade de plaisance, ses passerelles suspendues à 105 mètres de hauteur et ses parois escarpées sont source de vertige chez plusieurs randonneurs. C’est un périple dangereux de par l’altitude et l’étroitesse de certaines zones du parcours.

Le Camino del Rey a été réhabilité pour donner accès aux touristes, cependant, il faut tout de même être conscient du danger avant de se lancer dans cette aventure !