• Today is: vendredi, octobre 20, 2017

Le numérique se met au service des offices de tourisme

Les offices de tourisme se tournent de plus en plus vers le numérique, qui leur offre de nouveaux supports pour présenter à leurs clients les lieux incontournables de leur catalogue. Nous allons nous intéresser à l’un de ces supports : le casque de réalité virtuelle.

Qu’est-ce que la réalité virtuelle ?

L’Oculus Rift, le HTC Vive, la Playstation VR qui sont des casques VR à part entière, ou encore le Samsung Gear VR et le Google Cardboard qui sont des supports qui nécessitent d’insérer son Smartphone dans un emplacement prévu, tous ces appareils fonctionnent sur le même principe : le casque masque complètement l’environnement de l’utilisateur, et une image est projetée sur un écran situé devant ses yeux.

L’utilisateur peut se déplacer dans cet environnement numérique, attraper des objets… Bref, l’immersion est totale.

Un nouvel atout

Les offices de tourisme ont donc tout intérêt à se doter de ce type d’équipement. Cela permet de donner un aperçu ultra-réaliste des lieux et monuments à visiter aux touristes intéressés.

Imaginez la plus-value que représente une visite virtuelle du Capitole de Toulouse, des Traboules de Lyon ou du Panthéon à Paris, par rapport à une plaquette d’information classique.

La réalité virtuelle pour les offices de tourisme présente également un atout non négligeable : la possibilité de visiter des monuments fragiles, voir des œuvres qui sont interdites d’accès au public par soucis de conservation.

La question du coût

Néanmoins, numériser ce type d’œuvres et de monuments, du fait de la grande difficulté que représente la prise de ces images, a un cout extrêmement important.

De grandes firmes, telles que Google par exemple, ont les reins suffisamment solides pour se lancer sur ce marché. Elles pourront ensuite rendre ces données accessibles au plus grand nombre (moyennant finance), et notamment aux offices de tourisme.

La démocratisation des visites virtuelles n’est donc pas pour tout de suite, mais représente un enjeu majeur pour l’avenir.